Agrandir le texte
Réinitialiser les réglages
Rétrécir le texte

Incontinence : notre urologue répond à vos questions

— Publié le 13 juin 2022

Incontinence : notre urologue répond à vos questions

Bien qu’encore tabou, le sujet de l’incontinence concerne tout un chacun. En effet, 3 millions de Français sont concernés, et pas uniquement les seniors. Pour dédramatiser l’incontinence, il est primordial d’en parler. Et qui de mieux placé qu’un urologue, spécialiste des troubles de l’appareil uro-génital, pour répondre à toutes les questions que l’on peut se poser ?

Quelles sont les causes de l’incontinence urinaire ?

L’incontinence urinaire désigne la perte involontaire et incontrôlée d’urines. Le phénomène résulte d’une rupture de l’équilibre entre les forces d’expulsion et les forces de retenue. Cependant, il faut préciser qu’il existe plusieurs types d’incontinence :

  • L’incontinence de situation, liée à des troubles cognitifs ou à un handicap moteur ;
  • L’incontinence d’effort, qui survient lors d’un mouvement brusque ou d’un effort physique ;
  • L’incontinence par regorgement, lorsque la vessie est trop remplie ;
  • L’incontinence par impériosité, caractérisée par une perte incontrôlée des urines qui survient immédiatement après un besoin brusque et irrépressible d’uriner.

De même, les causes de l’incontinence urinaire sont multiples. Il peut s’agir d’une faiblesse du sphincter urinaire ou des muscles pelviens, d’une obstruction du col de la vessie ou d’une hyperactivité des muscles de la paroi vésicale. La hausse du volume d’urine provoquée par un diabète, le vieillissement des tissus ou encore des problèmes fonctionnels, comme la maladie d’Alzheimer, peuvent également être à l’origine de fuites urinaires.

En quoi l’incontinence affecte-t-elle le quotidien ?

L’incontinence entraîne des répercussions plus ou moins importantes sur la vie quotidienne. Bien que la sévérité des fuites varie, celles-ci peuvent contraindre les individus à limiter leurs déplacements, à utiliser des protections, à interrompre leurs activités et même, dans certains cas, à s’isoler. En effet, l’estime de soi en pâtit. Les personnes souffrant d’incontinence craignent généralement le regard des autres. Par ailleurs, la pathologie peut affecter le bien-être personnel, allant parfois jusqu’à des troubles de la dépression et de l’anxiété.

En cas d’incontinence, quels sont les premiers réflexes à avoir ?

Si le problème est isolé, il faut simplement anticiper et prendre quelques précautions pour continuer à profiter pleinement de la vie. Par exemple, si vous prévoyez de sortir seul ou entre amis, privilégiez des lieux où les toilettes sont facilement accessibles. Vous pouvez également vous munir de vêtements faciles à enlever et emporter avec vous des protections pour adultes, comme celles proposées par Sphère Santé, ainsi que des lingettes intimes.

Si le phénomène tend à se répéter, il ne faut pas hésiter à en parler à un professionnel de santé. Vous pouvez évoquer votre gêne avec votre pharmacien, mais l’idéal est de consulter votre médecin traitant quand les troubles sont trop handicapants. Ce dernier vous prescrira peut-être des séances de rééducation avec un kinésithérapeute à domicile pour diminuer vos fuites urinaires. Il vous orientera également vers un urologue. Comme expliqué précédemment, il existe plusieurs types d’incontinence et il est important de savoir de laquelle vous souffrez pour traiter la cause efficacement. Rappelez-vous que l’incontinence n’est pas un sujet tabou : il faut oser en parler, même à votre entourage.

En quoi un urologue peut-il aider une personne incontinente ?

L’urologue, en tant que spécialiste de l’appareil urinaire et reproducteur, peut tout à fait aider les personnes qui souffrent d’incontinence. Dans le cas de fuites urinaires, ce dernier peut réaliser un bilan urodynamique pour poser un diagnostic. Cet examen permet de vérifier la stabilité de la vessie, sa capacité fonctionnelle et la qualité du sphincter. Un urologue peut également procéder à un examen endoscopique de la vessie. Cet examen a lieu si une pathologie tumorale est suspectée ou en cas de sang dans les urines, ainsi qu’à des échographies rénales et pelviennes.

À la suite de cela, il est force de proposition sur les exercices à effectuer au quotidien pour améliorer votre situation d’incontinence. Il peut aussi vous préconiser différents traitements, comme des médicaments, une rééducation périnéale avec un professionnel ou une intervention chirurgicale (bandelettes sous-urétrales, sphincter artificiel…).