Agrandir le texte
Réinitialiser les réglages
Rétrécir le texte

Deuil du conjoint : comment surmonter cette épreuve ?

— Publié le 18 novembre 2022

Deuil du conjoint : comment surmonter cette épreuve ?

Le deuil du conjoint est une situation très fréquente, peut-être même universelle. Pourtant, elle reste très taboue et on en parle trop peu. Or, la perte d’un partenaire de vie, avec qui l’on a cheminé pendant des mois, des années, voire des décennies, induit une immense douleur et une perte de repères, même si chacun la vit différemment. Découvrons ensemble l’analyse de Véronique Cayado, Docteure en psychologie, spécialiste du vieillissement.

Les seniors sont nombreux à être touchés par le veuvage

Pour la majorité des veufs et des veuves, la perte du conjoint intervient à la retraite ou peu de temps auparavant. Dans une période déjà riche en bouleversements, ce deuil intervient souvent comme un coup de massue. Alors même que l’on se projetait dans un avenir rempli de projets de couple – les enfants étant grands et la carrière professionnelle terminée -, on se retrouve face à une page blanche, que l’on va devoir écrire seul. Avec la mort du conjoint, c’est aussi une partie de nos souvenirs communs qui disparaissent, ou du moins c’est ainsi qu’on le ressent. On a le sentiment qu’il n’y aura pas d’après, que tout s’arrête avec sa disparition.

Chez les personnes âgées en perte d’autonomie, la perte du conjoint peut même induire une dégradation de l’état de santé. En effet, ce décès provoque parfois un sentiment de lassitude chez le survivant, qui se sent seul et semble perdre le goût de vivre. En outre, le deuil d’un partenaire confronte la personne âgée à sa propre mortalité, ce qui peut susciter beaucoup d’angoisse.

Ne passez plus à côté des conseils de nos experts !

    La Silver Alliance s'engage à ne jamais transmettre votre adresse e-mail à des fins promotionnelles. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en un clic.

    Deuil du conjoint : un processus lent mais nécessaire

    Que le conjoint soit décédé des suites d’une maladie ou brusquement, celui qui lui survit fait face à l’épreuve du deuil, dans un tourbillon d’émotions où domine généralement la douleur. D’ailleurs, « deuil » et « douleur » ont pour origine latine le même verbe dolere signifiant souffrir. L’épreuve du deuil, c’est aussi le processus psychologique consécutif à la perte de l’être cher. Il s’étend souvent pendant de longs mois ou années. Ce processus est loin d’être linéaire, même si on estime généralement qu’il se décline en cinq étapes. D’abord la sidération, puis la révolte, la dépression, le détachement et enfin, l’acceptation.

    Si ces étapes sont éclairantes sur le chemin de l’endeuillé, chaque parcours est singulier. C’est ce qu’explique Véronique Cayado, Docteure en psychologie, spécialiste du vieillissement. « Il n’existe pas de bon chemin de deuil, ni même de deuil obligatoire. En tout cas, il ne faut pas le percevoir comme tel. Avant, il y avait des rituels sociaux qui codaient la période de deuil. Aujourd’hui que ces rituels se sont affaiblis, on a tendance à vouloir remplacer ces codes sociaux par des codes psychologiques. Or, chaque personne a des besoins différents, selon la période de sa vie et le contexte aussi dans lequel elle évolue. » 

    Face au deuil, les proches jouent un rôle précieux. D’abord, ils sont souvent en deuil eux-aussi, et comprennent en partie ce que peut ressentir le conjoint survivant. En outre, ils sont présents pour procurer au conjoint en deuil des moments de joie, de véritables bouffées d’oxygène. 

    Pour accompagner au mieux leur parent âgé, les proches se doivent d’être patients et ne pas le brusquer. Tout en apportant de la légèreté à son quotidien, il leur faut être prêts à écouter ce que la personne ressent avec attention et compassion. Bien qu’il soit difficile de la voir malheureuse, chercher à minimiser ou à « résoudre » cette tristesse n’est pas la solution. Cependant, il arrive que la personne âgée perde le sommeil, l’appétit ou plonge dans une profonde dépression. Il faut alors sonner l’alerte auprès d’un professionnel de santé. Quant à savoir quelle place donner au défunt, à quelle fréquence en parler, il n’y a pas de réponse unique. Chaque veuf/veuve a ses propres besoins.

    Continuer à vivre après le décès de son conjoint

    Comme tous les deuils, le deuil du conjoint finit par prendre une nouvelle forme. Si elle ne disparaît jamais complètement, la douleur laisse place à plus d’apaisement. Parfois, une rencontre amoureuse vient surprendre le conjoint survivant. Elle lui donne alors l’occasion de commencer une nouvelle vie, sans rien renier de la première. Au-delà des rencontres amoureuses, les loisirs artistiques, les engagements associatifs, la présence d’un animal de compagnie, la vie sociale, familiale et amicale sont autant de joies simples qui vont, peu à peu, animer de nouveau le quotidien.

    Pour Véronique Cayado : « On ne dépasse jamais complètement le deuil d’un proche, mais on apprend à vivre avec. J’ai rencontré des hommes qui avaient perdu leur épouse à un âge très avancé. Chacun d’eux exprimait, à sa manière, ne plus avoir envie de réinvestir la vie. Pour autant, ils avaient organisé leur quotidien pour qu’il leur soit confortable et ainsi profiter des petites choses simples de l’existence. La douleur est toujours là, mais même pour les grands âgés, il ne faut jamais négliger leur capacité à faire face aux événements les plus tragiques.» 

    À noter également que pour les personnes âgées dépendantes, le veuvage peut entraîner la fin du maintien à domicile et le placement en institution. Heureusement, il existe des aménagements à envisager pour permettre à la personne âgée de rester chez elle. Par exemple, la garde de nuit à domicile, auxiliaire de vie… Réaliser que le placement en institution n’est pas une fatalité peut rassurer le conjoint survivant, qui pourra alors se projeter plus sereinement dans l’avenir.

    S’abonner
    Notification pour

    36 Commentaires
    Le plus ancien
    Le plus récent
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires
    Foix
    5 mois il y a

    C est affreux le deuil de son époux surtout si on n a partagé sa vie pendant 46ans moi mon mari je ne l oublierais jamais jusqu’à ma mort il sera dans ma tête ,les souvenirs passés ensemble,tout cela je ne l ai plus ,ma vie n existe plus depuis qu il m a quitté c est fini je n ai plus le goût a rien je ne sourit plus comme avant ,mon mari est gravé dans ma tête jusqu a ma mort et DIEU si je la souhaite ma mort car si il y a quelque chose la haut je retrouverais ma famille et surtout mon mari

    Dominique
    5 mois il y a
    Répondre à  Foix

    Bonjour ceux que tu écris je le vie à 100% à chaque minutes et dans tes mots je me retrouve exactement dans la même situation que toi j’ai perdu mon épouse à 61 ans le 17 août 2023 après 39 ans de mariage mais j’étais avec elle depuis l’âge de 14 ans ma vie n’a plus de raison d’être je te souhaite énormément de courage

    Dernière modification le 5 mois il y a par Dominique
    GIBERT Philippe
    5 mois il y a
    Répondre à  Dominique

    Bonjour Dominique, moi j’ai perdu ma femme le 4 juillet 2023 , elle avait 69 ans et nous avions 37 ans de mariage. C’est très dur depuis, surtout dans la maison, l’absence, le vide, la solitude, même si on a des amis. On se demande comment on va s’en sortir…bon courage

    Annick
    4 mois il y a
    Répondre à  GIBERT Philippe

    Mon mari est décédé, il y a 1an.
    Le vide est immense, même si je suis occupée avec les petits enfants. On se dit que l’on n’y arrivera jamais.
    Il avait 63 ans.
    Bon courage à tous.

    Claudine
    3 mois il y a
    Répondre à  Annick

    Bonsoir à toutes et tous
    Savoir que nous partageons la même douleur nous apaisent un peu! Je pensais que la souffrance de mon mari était insurmontable je me trompais! L’absence est d’une cruauté sans nom

    Polonini de Vignier
    20 jours il y a
    Répondre à  Claudine

    Bonjour Claudine vous avez raison l’absence est une cruauté sans nom encore faut-il que les autres en prennent un peu conscience de cette solitude que nous n’avons pas voulu bien entendu surtout lorsque le couple était stable et durable je vous souhaite vraiment un très bon courage j’aimerais d’ailleurs correspondre avec beaucoup d’entre vous parce que je trouve que vraiment il y a tant et tant de personnes seules qui deviennent carrément des oubliés il ne faut pas se cacher la face et je vous souhaite vraiment bon courage

    Vander Jeugt
    3 mois il y a
    Répondre à  Annick

    Mon mari décédé il y a 2 ans .
    Qd je pense aller mieux, une date anniversaire, un évènement et op je retombe dans ce chagrin. J ai aussi une famille merveilleuse et présente.
    Je déteste ma vie ,elle me semble morte.
    Je n arrive pas à voir un avenir heureux.

    Jeannot
    1 mois il y a
    Répondre à  Annick

    Je suis tout à fait d’accord avec vous nous avons nos petits-enfants on me dit qu’il faut que je sois forte c’est très dur mon mari est décédé en février 2023 à 57 ans et c’est vrai qu’on a l’impression qu’on ne va jamais y arriver c’est vraiment douloureux

    Polonini de Vignier
    20 jours il y a
    Répondre à  Annick

    Merci Annick je crois que je suis la seule ici à ne pas avoir de petits-enfants donc le jour où je partirai je ne suis pas sûr que ma fille qui souffre de schizophrénie, cette maison que je ne peux même pas entretenir comme je le voudrais contrairement aux autres personnes et malheureusement je n’ai aucune conversation avec des voisins il faut dire aussi que j’habite une région où c’est le chacun pour soi et pourtant….. il y a des maisons qui sont distantes d’appel parfois 2 m ou plus et mes nouveaux voisins ne m’adresse jamais la parole je dois tout le temps dépendre d’une bonne volonté pour une voiture éventuelle mais toute ma vie c’est avec des taxis il n’y a absolument aucun magasin dans le village où je vis….. je vous comprends très bien courage

    Polonini de Vignier
    20 jours il y a
    Répondre à  Dominique

    Bonjour Dominique moi à la mort de mon époux nous avions 43 ans de mariage donc vraiment je peux comprendre ce que vous ressentez et quand là je viens s’ajouter à tout cela on a l’impression qu’on est mis de côté dans un tiroir excusez-moi mais c’est vraiment l’impression que je ressens pour moi-même je vous souhaite beaucoup de courage à vous aussi ça ne doit pas être facile j’espère que vous trouverez dans votre famille quelqu’un qui saura vous comprendra un peu et être à votre écoute je trouve que Silver alliance et quelque chose de bien fait je ne connaissais pas du tout j’ai simplement tapé quel est le statut psychologique d’une personne veuve et je suis tombé ici.
    Anne Françoise

    À F
    28 jours il y a
    Répondre à  Foix

    J’ai perdu mon mari au mois de mai après 3 ans de lutte contre le cancer du poumon après 6 ans de rémission tout ça c’est passé pendant le covid pas de visite à l’hôpital pendant plus de 2 semaines il a eu des complications après à l’hôpital et pendant l’opération je ne rentre pas dans les détails..il c’est plein du mal du dos personne n’y a pris au sérieux jusqu’àu jour qu’il c’c’est énervé et il voulait un scanner on lui a fait une radio mais un scanner a été demandé métastase pendant 2 ans chimio radio thérapie et avant ablation par chriotherapie qui l’on aidé au début mais les plus dur c’est les derniers mois il était sous morphine depuis au moins presque 2 ans c’est et c’était mon amour pour la vie il me manque tellement et ça va faire 8 mois le 25 mai cdl

    Polonini de Vignier
    20 jours il y a
    Répondre à  Foix

    Bonjour j’ai perfu mon mari p’us âgé que moi d’un affreux cancer du cerveau. On lui a carrément dis qu’il ne lui reste plus que 6 mois à vivre imaginer ma sidération mais lui héroïque n’a absolument rien dit du tout on lui a carrément fait comprendre qu’il devait mettre ses affaires en ordre.
    J’avais 64 ans quand il est décédé j’avais donc encore ce courage et peut-être du ciel cette faculté de ne pas m’effondrer en sanglot chaque fois que je le voyais nous avions plus communiquer il était devenu hémiplégique et à moitié aveugle imaginer un peu ce que j’ai pu ressentir c’était terrible j’allais le voir toutes les après-midi pendant 6 mois malheureusement on a fini par le mettre dans un home qui était bien le dernier en dernier endroit pour un cancéreux à la fin comme il faisait peur aux gens étant donné son état on l’a mis dans une chambre complètement à part le pire dans tout cela, c’est qu’une ex qui n’existe thérapeute qui avait euthanasier son mari et qui avait appris que le mien était( c’était une personne dont nous connaissions bien les parents).
    J’arrivais de 2h jusqu’à 8h du soir ensuite elle s’amenait parce qu’elle n’habitait pas loin je ne savais pas ce qu’elle lui faisait je sais qu’elle examinait sa bouche et j’avais beau dire qu’il avait une kiné elle s’en fichée c’était une personne plutôt grossière dans sa façon de parler et assez brusque je reste persuadé qu’elle a augmenté la dose de morphine que j’avais demandé pour que mon mari souffre moins enfin je veux dire le docteur n’a pas voulu se déplacer mais c’est lui qui a décidé pour la morphine or on sait très bien que sinon on en demande une dose pour quelqu’un qui de toute façon va mourir dans un jour ou deux à quoi cela peut-il bien servir ? Mon mari n’aimait pas quand elle venait je le sentais d’ailleurs j’ai vraiment été dévasté quand il est parti la famille ne m’a pas du tout consolé ni même prise dans les bras je n’ai pas eu un mot de consolation je me souviens que ma nièce disait lorsque j’allais acheter quelque chose et qu’il était malade à tout le monde que mon mari était en fin de vie ça ne m’a pas aidée du tout
    .
    Maintenant je suis en manque cruel d’avoir quelqu’un qui me prend dans les bras je ne pense pas du tout comme une personne de mon âge est plutôt la façon de penser d’une cadra génère j’aurais voulu encore sourire dans la vie mais maintenant c’est ma santé qui se dégrade je ne sais plus comment réagir je pleure à tout bout de champ donc il ne faut pas croire que quand on a un mari qui est parti de chant il ne faut pas croire que quand on a perdu un mari depuis longtemps on ne ressemble plus rien !
    J’ai une fille schizophrène qui m’a donné beaucoup de soucis avant, pendant les funérailles, elle voulait se suicider)
    Je veux bien partie d’un petit groupe de prière mais je suis sans voiture alors imaginer un peu quand je dois faire des courses je suis exténué et fatigué je dois tout le temps dépendre de taxi c’est vraiment ruineux.

    Heureusement que mon mari travaillait à l’état j’ai été à peine suivi par une psychologue maintenant j’en ai une qui me soutient en ligne mais ça ne m’apporte pas grand-chose je vous avoue j’ai tellement souffert avec ma fille et lorsqu’elle n’était pas bien mon mari n’intervenait pas même bien avant sa maladie..

    Comme ma fille n’est pas mariée ni rien elle n’a donc pas de descendance j’ai l’impression d’être perçu comme une espèce de vestige je ne serai pas vous expliquer je fais tout pour rester jeune d’aspect et d’esprit surtout car je ne me plaît pas du tout avec les personnes de ma génération j’ai beaucoup de mal je me sens beaucoup mieux avec des gens qui m’apportent de la la gaîté mais je respecte bien entendu énormément les gens qui ont le même âge que moi je ne sais pas comment vous expliquer cela je vais partir d’un petit groupe de prière mais ça ne m’empêche pas de regarder tous ceux qui sont en couple je ne supporte plus et l’année du décès de mon mari en 2013 donc, je sais que je l’ai assisté toute seule quand il est décédé son frère n’a pas voulu venir je suis resté seul devant un défunt assise sur une chaise avec un verre d’eau j’étais en état de choc j’ai vu mon mari partir dans une housse !
    Je vous laisse deviner le reste.
    , jusque à l’année dernière, je supportais encore des petites pathologies maintenant je n’ai plus qu’à bras vraiment valide mon épaule droite me faisant des a mal atroce je ne veux pas me faire hospitaliser je l’ai déjà été deux fois absolument seul j’ai juste un neveu vraiment gentil qui est venu me rechercher pour me reconduire chez moi mais la vie sans voiture est une véritable galère je dois toujours dépendre de quelqu’un je ne peux plus aller nulle part je vis littéralement entre 4 murs, je fais très attention à ne pas dépenser plus que je l’ai plus je ne sais donc pas vraiment arranger ma maison par rapport aux autres j’ai donc vraiment l’impression d’être devenu une sorte de marginal et pourtant j’aimerais tant qu’on vienne me voir je peux rester des semaines sans que personne ne sonne à ma porte ni même des appels téléphoniques sauf ceux de ma fille qui me crie souvent des au secours et pourtant elle est suivie par un un psychologue et une assistante sociale mais en attendant elle s’accroche à moi qui ne sait plus du tout jouer le rôle de pilier puisque moi-même j’ai besoin de m’appuyer sur quelqu’un alors voilà je n’ai pas envie de perdre ma pension je n’ai pas envie de me marier mais je recherche un ami avec lequel je pourrais sortir en tout bien tout honneur mais quand même avec de l’affection car parfois je pleure comme une petite fille et même en vous écrivant j’ai les mains j’ai les larmes aux yeux.

    Les autres personnes ont des enfants qui sont mariés, des petits-enfants une famille moi je n’ai qu’une sœur qui a 4 ans de plus que moi et qui n’a jamais vraiment été complice elle ne me téléphone jamais elle ne vient jamais me voir ça peut durer 4 ou 5 ans la dernière fois tout ce qu’elle a remarqué ce sont des choses que je n’ai pas su remplacer mais de sa sœur cadette rien du tout.
    Et pourtant, ma sœur est une personne courageuse qui a perdu son mari en 2005 la même année que ma mère chez nous le cancer est presque une bannière parce que ma mère est décédée du cancer ça sort aussi et le mari de ma sœur s’est suicidé et elle a montré beaucoup de courage elle a 3 enfants qui ont eux-mêmes des enfants tout seul la vie en concubinage mais ne veut du côté de ma sœur ne correspondent jamais avec moi alors que je fête leur anniversaire j’ai donc vraiment l’impression que je suis en trop ou que je n’existe plus pourtant j’ai toujours admirer le courage de ma sœur déjà du temps où ma mère était en vie nous étions complice ma mère et moi mais ma sœur m’a fait de gros reproches quand j’ai voulu aider ma mère pour son cancer parce que pour me remercier sans me prévenir elle m’a fait une petite rétribution et cela ma sœur ne l’a jamais supporté je trouve quand même triste qu’à nos ages, il puisse y avoir une rancune ou une jalousie.
    Un peu comme la personne du dessus je ne m’intéresse plus à rien j’étais compositeur je ne compose plus, je dessinais, je ne dessine plus, j’ai besoin de compliments de tendresse d’affection enfin bref tout ce qu’une femme seule peut vraiment avoir un peu comme stimulant je vois très peu mes neveux et nièce sauf à des enterrements c’est vous dire j’ai souvent joué de l’orgue pour ma belle-famille qui m’a accueilli à bras ouverts j’ai perdu tous mes beaux-frères il me reste deux belles-sœurs qui ne sont pas en très bon état de santé.

    Excusez toute cette histoire même le psychologue qui s’occupe de ma fille ne se rend même pas compte que si je dois encore veiller financièrement pour quelqu’un qui est sous tutelle depuis 10 ans ça commence à bien faire je ne sais jamais pensé à moi à seul instant j’ai même supprimé le coiffeur je me débrouille toute seule seulement voilà physiquement parlant je ne sais plus rien faire comme avant je refuse d’être à la charge de quelqu’un je tiens à mon autonomie et elle m’a dépendance que j’ai attendu jusqu’à l’année passée ou enfin on lui a mis un appartement le drame là-dedans c’est qu’elle n’est pas en maison supervisée donc elle me téléphone tout le temps elle me demande de l’argent tout le temps mais hélas je ne m’appelle pas Rockefeller je suis aussi de tout cœur avec toutes celles qui sont ici ou tous ceux qui sont ici

    Naya
    4 mois il y a

    Bonjour. J’ai perdu mon petit mari d’amour le 23 juillet 2023 a l’âge de 54 ans.. Nous vivions ensemble que depuis 3 ans et demi. On se connaissait depuis 10 ans. Un coup de foudre, une entente exceptionnelle. On ne faisait qu’un. Jai perdu le sourire, mon cœur est vide et je n’arrête pas de pleurer. Je suis complètement briser.

    Lydie
    3 mois il y a
    Répondre à  Naya

    Bonjour
    J ai perdu mon mari le 23 septembre 2023 a l âge de 55 ans dans un accident d ULM
    Cela faisait 13 ans qu on s était trouver et 11 ans de mariage
    Nous étions très fusionnel et partagions les mêmes passions
    Je suis anéanti par la douleur
    J ai toujours la nausée et rien que d y penser me fait partir en crises de larmes
    Connaissez vous ses symptômes ?

    Dany
    2 mois il y a
    Répondre à  Lydie

    J’ai perdu mon grand Amour le 29 juillet 2023.
    Nous étions ensemble depuis 11 ans et étions fusionnel et très tactile. Nous nous quittions jamais.
    Un grand Amour. Il me manque à chaque instant.

    Sylvain
    1 jour il y a
    Répondre à  Naya

    Bonjour, j’ai vécu la même chose elle 53 ans partie le 13 Aout, un amour récent mais tellement profond. Un arrêt cardiaque et ma vie se résume à une torture quotidienne. Je compatis et vous souhaite le meilleur

    Annie Decastiau
    3 mois il y a

    Cela va faire 18 mois que mon mari des décédé brutalement. Rien ne le laissait prévoir. Il est entré en clinique un week-end et decedait la nuit d après sur la table d opération.
    Je me repasse sans cesse cette nuit, me dit que j aurais dû faire quelque chose pour que cela n arrive pas.
    Plus le temps passe et plus la sensation de m enfoncer est grande. J ai l impression de couler dans un abîme sans fond.
    Au début, les enfants sont présents mais ensuite chacun reprend sa vie en main. La peur de déranger, l envie de crier  » je suis là, j ai besoin de vous » font que la solitude s installé.
    Nous étions mariés depuis plus de 40 ans. Nous avions des projets de voyages plein la tête, malheureusement la mort m a arraché ma moitié et je survis depuis un an et demi plus que je ne vis

    Kerouet
    3 mois il y a
    Répondre à  Annie Decastiau

    Bonjour,
    Mon mari est « parti » il.y a un peu moins de 3 mois. Infarctus foudroyant sur le vélo d’appartement . Oui les premiers jours, j’ai ete entourée puis chacun a repris sa vie, enfants, famille, voisins., amies. Maintenant, je dois me prendre en mains pour ne pas sombrer. Association, sports pour essayer de trouver de nouvelles relations plus disponibles. Je vais tester la convivialité lors de visites culturelles, le repas de fin d’année de l’association… j’appréhende les fêtes..
    Par chance j’ai ma petite fille le mercredi après-midi, c’est mon rayon de soleil.
    Mais les soirées et le dimanche sont très difficiles.
    Ne pas s’imposer ni chez les enfants, ni l’entourage, c’est mon maître mot pourtant parfois j’ai envie de leur dire, je suis là, un petit coucou me ferais du bien, j’attends.. de temps en temps on ce souvient que je suis là…
    Ainsi va la vie quand on se retrouve seule (après 50 ans de vie commune, avec des hauts et des bas bien sûr,).c’est douloureux…

    De tout cœur avec vous.
    Amicalement

    Maryse
    3 mois il y a
    Répondre à  Kerouet

    Bonjour à tous,
    J’ ai perdu mon mari le 5 août 2023 des suites d un cancer. Je suis effondrée 48 ans de mariage. Mon seul amour.
    Je rejoins vos commentaires le mot pourquoi et comment faire pour continuer à vivre seule tourne sans arrêt dans ma tête.Je viens d’ avoir 70 ans. Je suis entourée mais personne ne peut le remplacer. On se sent seule parmi les autres.
    Bon courage même si ce mot est horrible.
    De tout cœur avec vous tous.

    Mazurier
    2 mois il y a
    Répondre à  Maryse

    Deux ans sont passés pourtant c est toujours très fort le manque,la solitude .l inutilité d exister . Les amis ont disparus chacun à continuer sa vie et vous êtes seule pour les vacances , seule pour les fêtes etc etc ….

    Kerouet
    2 mois il y a
    Répondre à  Maryse

    Bonjour,

    Aussi bizarre que cela puisse paraître, j’ai l’impression que mon mari ou plutôt sa conscience est présente à mes côtés, à la maison. Je lui parle.

    Parfois, je constate des « anomalies », quelque-chose qui ne fonctionne plus subitement, des petits objets déplacés. Je lui demande de remettre les choses à leur place ou en fonctionnement. Et quelque temps après tout rentre dans l’ordre. (Je ne suis pas folle, non.non, aucun trouble de ce côté). Je lui dis que je sais qu’il est là..qu’il n’est pas nécessaire de se manifester de cette façon.
    J’ai toujours eu les pieds sur terre, ne crois pas aux tables qui tournent. Je n’ai pas de problème psychologique. Mais là je ressens une présence.
    C’est peut-être ma façon inconsciente d’accepter ma solitude, le vide laissé par son absence

    De ce fait, je vais mieux, je mange normalement. Je me suis inscrite dans des associations sportives et culturelles ou l’ambiance est très conviviale. Je passe beaucoup de temps dehors. Ça va mieux.

    J’ai même réussi à faire un petit sapin …bien moins grand que celui que nous décorions ; je suis sûr qu’il était content !
    Il n’aurait pas été d’accord pour que je le laisse aller.

    Il faut trouver quelque chose qui nous aide au quotidien à supporter et accepter l’absence physique de celui où celle qui est partie.

    Je vous souhaite beaucoup de courage surtout en cette période festive.

    Amicalement

    Polonini de Vignier
    20 jours il y a
    Répondre à  Maryse

    Maryse je suis de tout cœur avec vous vous pensez bien j’avais 43 ans de mariage tout est brisé la différence et que moi je ne suis pas entouré du tout j’ai un très mauvais moral et comme j’ai une pathologie et même plusieurs cela n’aide pas bien évidemment c’est très connu que lorsqu’on se retrouve seul on a quelque chose j’ai vécu avec plein de personnes qui sont mortes du cancer que ce soit ma mère, ma tante, et mon mari enfin après le Ribes souffrances dont il n’a pas su parler puisqu’il ne savait plus ni voir ni bouger mais peut-être entendre cela a été un véritable calvaire pendant 6 mois il y aura 11 ans qu’il est parti au mois d’août quand j’allais le voir j’étais toute seule il y avait que ma cousine qui malheureusement était comme ma sœur elle est partie une semaine après j’ai donc eu deux enterrements sur 15 jours je n’ai jamais été soutenu affectivement parlant j’ai un neveu très gentil qui lui-même a du mal dans la vie je pense que c’est le seul qui a pu s’occuper de ma fille qui aurait dû être en maison supervisée…. je n’ai pas su être une grand-mère entourée de ses petits-enfants je n’ai donc plus de descendance à part ma fille je vous souhaite non pas bon courage puisque ce mot est cruel mais plutôt de trouver un bonheur sous quelques formes que ce soit mais un bonheur qui puisse vous entourer et vous soutenir et surtout vous faire retrouver ce sourire que apparemment, nous avons tout perdu puisque les femmes sont majoritaires dans le veuvage et le mot de veuvage qui est un mot affreux va être supprimé si vous ne le saviez pas et bien je vous la prends ce ne sera pas plus mis sur des documents officiels avec toute ma considération à votre égard

    perez
    8 jours il y a
    Répondre à  Maryse

    bonjour Maryse, je vous comprends ô combien! aujourd’hui nous aurions célébré nos 48 ans de mariage et j’ai également presque 70 ans. Nous avons mené une lutte acharnée contre cet impitoyable cancer depuis 2022 mais l’ennemi fut plus fort que nous et mon mari a cessé de se battre en avril 2024. Depuis, c’est l’horreur pour moi, comme toutes ces personnes qui témoignent … Je me reconnais tant dans les propos tenus par chacune et chacun… Même les amies bien attentionnées ne peuvent comprendre ce vide abyssal où nous nous trouvons. Souvent même les paroles dites de « soutien » sont maladroites mais je comprends . Il faut juste vivre ce séisme intérieur pour prendre la mesure de la souffrance qui nous ronge du matin au soir. Les larmes incessantes, et cette omniprésence de l’absent dans le présent qui nous destabilise et nous prend aux tripes au moment où nous pensons être apaisés. Quand on a vécu un amour aussi fort, aussi solide aussi magique, rien ne peut apaiser le chagrin et la solitude qui nous sert d’écrins à souvenirs est la seule compagne supportable. !Bon courage à toutes et tous et merci pour tous ces commentaires qui nous réconfortent en ces moments si violents.

    Annie
    2 mois il y a
    Répondre à  Kerouet

    Je comprends tout à fait ce que vous traversez, j’ai vécu et je vis encore la même situation, à l’exception que j’ai laissé entrer un nouvel homme dans ma vie. Par contre, je me rwnds compte que je ramène des choses du passé dans ma relation actuelle et ça devient un irritant pour lui, il n’est pas mon mari… c’est pour ça qu’après près de 4 ans de deuil, je reviens aux étapes du deuil, parce que je crois en avoir sauté quelques-unes pour cesser de souffrir, mais inévitablement ça revient…

    Sylvain
    1 jour il y a
    Répondre à  Annie

    Qu’entend tu par revenir sur les etapes de deuil?

    Ortu
    1 mois il y a
    Répondre à  Kerouet

    Je viens de perdre l amour de ma vie 51 ans de vie commune
    Il s est battu comme un lion contre une leucémie ou la greffe avait fonctionné à merveille mais le 3 novembre il a été vaccine covid et grippe et il avait une infection urinaire et le 7 novembre il commence à avoir des troubles de l equilibre
    Donc retour à l hôpital pour évaluer et la c est l horreur ponction lombaire et irm cérébral ou il détecté une LEMP c est le virus cunningham qui s est réactivité
    Jamais ça aurait du arrivé, ils ont aucuns traitement , ni vaccin
    Ils ont tenté une injection de lymphocytes de ma fille aîné qui avait déjà donné ses cellules souches pour la greffe
    Et mardi dernier il fait une crise d épilepsie et arrêt cardiaque devant moi, l enterrement est cet après midi, je l ai gardé une semaine à la maison
    Il est mon tout , mon double, mon homme, mon ami,mon frère, mon fils, sans lui je ne continuerais pas
    Tout le monde va reprendre le cours de sa vie et moi je me retrouverai seule sans lui
    Lui canalisé mes angoisses nocturnes depuis des années
    Je veux vite le rejoindre
    Ma vie n à aucun sens
    Se lever le matin pour qui pour quoi , ne plus lui faire à manger , ne plus m appeler,ne plus le toucher tout ça est au dessus de mes forces il a 70 ans ,il aurait fêté ces 71 au 1er mars et moi j ai 67 ans , il avait pleins de projets et d espoir
    Aidez moi avant de devenir folle et le rejoindre

    Polonini de Vignier
    20 jours il y a
    Répondre à  Kerouet

    Bonjour moi je suis de tout cœur avec vous je sais ce que c’est d’abord je n’ai pas de petits-enfants je n’ai que ma fille qui n’est pas marié et qui vit toute seule je ne rentre pas dans les détails mais c’est aussi une grande souffrance dans un certain sens donc je ne parviens pas à supporter d’être une personne qu’on le visite jamais à part tous les 15 jours une aide familiale qui nettoie un peu dans la maison c’est mon petit rayon de soleil je la considère d’ailleurs comme ma petite fille je la vouvoie mais j’ai beaucoup d’affection pour elle c’est une personne très courageuse de 28 ans qui s’occupe de ses parents et qui a elle-même un frère autiste comme quoi vous voyez je recherche l’oiseau bleu c’est-à-dire un homme qui pourrait de temps en temps m’aider être un ami rien qu’un ami spirituel pourquoi pas qui m’emmènerai de temps en temps car vivre sans voiture c’est une véritable galère ça fera 11 ans au mois d’août que je suis à pied absolument pour tout je suis donc obligé de faire des courses en taxi je vous jure que je suis bien la seule pourtant je ne roule pas sur l’or mais je n’ai pas de choix puisque le covoiturage est une chose qui n’est connue qu’en lAngleterre apparemment….
    J’habite un petit village où il y a absolument rien ni magasin il y a juste une pharmacie et c’est tout donc je dépends toujours le taxi pour faire mes courses tout seul devant la caisse à devoir faire des achats au moins pour 3 semaines le reste du temps je suis tout le temps chez moi je ne sors même plus pour aller chez le coiffeur le prix est bien trop cher je me débrouille donc toute seule alors oui je vous comprends moi j’étais en couple depuis 43 ans je m’étais mariée en 1971 quand je pense à tout cela j’ai encore le cœur brisé il n’y a rien à faire même si je n’avais pas un mari qui se préoccupé plus de mon avenir mais surtout plus de sa fille que de sa femme mais malgré tout je l’ai admirer dans sa souffrance car il ne se plaignait jamais et lorsque j’étais malade à ce moment-là je retrouvais le vrai mari mais j’ai eu ma vie fort sacrifiée avec ma fille schizophrène que de temps perdu. Mon récit est beaucoup plus haut mais il est extrêmement long malheureusement je n’ai personne dans la vie je veux dire que personne ne viens jamais me voir à part ce petit rayon de soleil qui vient tous les 15 jours quelques heures pour nettoyer et je vous souhaite bon courage vraiment

    Annick
    2 mois il y a
    Répondre à  Annie Decastiau

    Oui,c’est vrai,on doit s’accrocher tous les jours pour tenir malgré le vide.
    C pas facile,malgré ce que pensent certains. Dès qu’ils nous voient faire une activité, c’est pour s’entendre dire (ah,tu vas beaucoup mieux!!!!).
    Qu’est ce qu’ils en savent ?
    Je suis toujours en colère même au bout d’un an.
    Mon mari avait 63 ans et encore pleins de projets.
    Il est parti subitement, ça fait mal.
    Je me demande ce que sera mon avenir.
    On est tous dans le même gouffre.
    Courage à tous.
    Soyez forts.

    Kerouet
    1 mois il y a
    Répondre à  Annick

    Bonjour Annick,

    De tout cœur avec vous.

    Ce n’est pas parce que l’on fait des activités que ça va mieux ou que nous sommes fortes, cela nous aide simplement à ne pas sombrer. Nous nous occupons l’esprit afin d’aller de l’avant. Mais le mal être est là.

    Ces périodes festives sont douloureuses pour nous qui avons perdu notre compagnon ou compagne. Faire bonne figure malgré tout au milieu de beaucoup d’indifférence.

    Bon courage. Tenez bon, pour celui qui est parti.

    Amicalement

    Serf cecile
    1 mois il y a
    Répondre à  Annie Decastiau

    Courage a tous, j ai perdu. Aussi mon mari le 21 aout 2023, je suis anéantie sans lui, je me demande comment je vais faire sans lui a mes côté

    patrice66
    2 mois il y a

    Mon épouse est décédée il ya 13 mois après 41 ans de vie commune. C’est affreux. On me dit que cela va passer, que le temps arrange les choses,…. Que je dois penser aux bons moments ensemble, mais c’est encore pire, car lorsque’ j’y pense car j’ai les larmes aux yeux. j’essaie de voyager mais cela ne n’intéresse plus, je me dis que ce serait tellement mieux si elle etait là et combien elle apprécierait. J’avais un ange et je l’ai perdu et je ne rentais meme pas compte tellement elle était précieuse pour moi (pauvre idiot que je suis ). je suis entoure par la famille, mais ils ont leur vie et c’est normal … Je m’enfonce dans la déprime de plus en plus et je ne sais plus quoi faire…Pourtant je suis un privilégié de la vie avec une belle retraire, comme quoi cela ne set rien sinon porter des fleurs tous les jours…et a pleurer

    Polonini de Vignier
    20 jours il y a
    Répondre à  patrice66

    Patrice 66(je constate que vous êtes tous en France) je suis exactement dans la même situation que vous je ne sais plus que faire non plus je suis exactement dans le même cas que vous sauf que je ne dispose pas d’un véhicule ce qui est une véritable galère je n’ai plus de courage non plus d’aller au cimetière comment voulez-vous je pensais qu’après pratiquement bientôt 11 ans d’avoir perdu mon mari je me remettrais et bien non.
    Comme je ne suis pas grand-mère je ne vois que rarement mes neveux et nièce je vous laisse deviner à quel moment ce sont à des enterrements il y a malheureusement plus de réunions de famille comme auparavant j’ai perdu tous mes beaux-frères il me reste deux belles-sœurs non lunettes en mauvais état de santé je vous souhaite quand même d’être bien entouré et d’avoir des amis qui vous comprennent je pense que parfois les amis sont plus forts qu’une famille qui soit n’est plus là ou soit est absente tout le courage du monde c’est cela que je vous souhaite

    Patrick
    2 mois il y a

    J’ai perdu mon épouse le 11/11/2023 après 32 ans de mariage une épouse exceptionnelle elle n avait que 57ans
    La douleur est horrible, elle me manque tellement j ai plus envie de rien juste d une chose de la rejoindre .

    Annie
    2 mois il y a

    Bonjour, ca fait maintenant plus de 3 ans que j’ai subitement perdu mon mari avec qui j’ai partagé 30 ans, soit de 18 à 48 ans. J’ai rencontré quelqu’un avec qui je m’entends bien, mais je me suis rendue compte que ramenais des façons de faire de mon ancien couple dans le nouveau, mais le partenaire n’étant plus le même, ça accroche parfois. J’aurais besoin de vos conseils pour laisser le passé où il doit être et vivre pleinement ma nouvelle vie svp…

    katkat
    1 mois il y a

    J’ai perdu mon coin joint le 25 novembre 2023 subitement dans mon lit et décédé en me tombant dessus. Malgré les manœuvre de réanimation que jai fait, il était déjà trop tard. Ca allait faire 24 ans 15 jours plus tard que nous étions ensemble avec 4 enfants dont 3 mineurs. Je ne connait pas les étapes du deuil mais je peux dire que c’est vraiment dure de reprendre une vie quand tu a plus ton conjoint pour te soutenir. Ne plus avoir d’adulte a qui parlé. Ma partie joyeuse que le monde aimaient tant est partie avec lui. La plus part du monde ne savent même pas de quoi je parle quand je leur en parle. Je lui parle quand je suis seule et je l’engueule même ça fait du bien mais c’est juste temporaire…! J’ai comme l’impression que la dépression est au pied de la porte prête a entrée. Je plains mes enfants en ce moment de voir leur mère comme ça. mais comme on dit ça va s’adoucir!

    Annick
    1 mois il y a
    Répondre à  katkat

    Bonsoir,
    Oui,les premiers mois sont très difficiles.
    Sans vous décourager, il m’a fallu 8 mois à ne plus pleurer tous les jours et ce je pense avec l’aide d’une psy qui a pratiqué la méthode de EMDR. Pourtant je n’y croyais pas.
    Faites vous aider sinon c’est intenable tellement ça fait mal.
    Le chemin sera long pour nous.
    Pas le choix, il faut s’accrocher.
    Bon courage.
    Soyez forte.