Agrandir le texte
Réinitialiser les réglages
Rétrécir le texte

Maladie de Parkinson : symptômes, diagnostic et prise en charge

— Publié le 1 avril 2022

Maladie de Parkinson : symptômes, diagnostic et prise en charge

Lenteur dans les mouvements, rigidité, tremblements au repos… Ces symptômes sont parfois révélateurs de la maladie de Parkinson. Cette pathologie neuro-dégénérative est liée à la destruction d’une population spécifique de neurones. Il s’agit des neurones à dopamine de la substance noire du cerveau qui sont impliqués dans le contrôle des mouvements. Silver Alliance vous dit tout ce qu’il faut savoir sur le sujet.

La maladie de Parkinson : de quoi s’agit-il ?

Définition : qu’est-ce que la maladie de Parkinson ?

La maladie de Parkinson est une affection neurologique liée à une dégénérescence des cellules du cerveau qui fabriquent de la dopamine. Ce messager chimique agit sur la motricité et le tonus musculaire. Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson font face, entre autres, à des tremblements d’intensité variable, asymétriques ou bilatéraux. Ils surviennent le plus souvent au repos. Si le mécanisme est connu, les causes de la maladie de Parkinson sont bien plus abstraites. Plusieurs hypothèses ont été émises : une infection, une exposition à une substance toxique, une prédisposition génétique…

Quelques chiffres sur Parkinson

La maladie de Parkinson est l’une des affections neurologiques les plus fréquentes. En effet, c’est la seconde maladie neurodégénérative après la maladie d’Alzheimer et la seconde cause de handicap moteur chez l’adulte après l’AVC. Selon l’association France Parkinson, en France, plus de 200 000 patients sont concernés. En outre, la pathologie touche 25 000 nouvelles personnes chaque année. Au niveau mondial, près de 5 millions de personnes sont atteintes de Parkinson, avec un âge moyen de 58 ans lors du diagnostic. Selon Santé Publique France, la maladie serait en outre 1,5 fois plus fréquente chez l’homme que chez la femme. Enfin, d’ici 2030, l’Hexagone devrait compter 1 patient parkinsonien sur 120 de plus de 45 ans. Cela représente une augmentation de 56 % depuis 2015.

Quels sont les symptômes de la maladie de Parkinson ?

Si l’on associe d’office la maladie de Parkinson aux tremblements, il ne s’agit pas du seul symptôme. La maladie de Parkinson se manifeste également par :

  • La lenteur et la raréfaction des mouvements, aussi appelée akinésie ;
  • L’augmentation du tonus musculaire (hypertonie), qui provoque une sensation de raideur, de rigidité et génère des douleurs articulaires.

À ces symptômes peuvent s’ajouter :

  • Une grande fatigue ;
  • Une anxiété ;
  • Un ralentissement de la pensée ;
  • Des troubles du sommeil du senior ;
  • Des troubles de l’attention ;
  • Une perte de motivation, voire une dépression chez la personne âgée ;
  • Une baisse de la mémoire ;
  • Une diminution de l’odorat ;
  • Des troubles de la déglutition, pour ne citer que quelques exemples.

Une pathologie qui progresse lentement

personne âgée dont les mains tremblent

La maladie de Parkinson progresse souvent lentement. Au début, les seniors réussissent à mener une vie normale. On parle alors de la « lune de miel », une période qui peut durer entre 3 et 8 ans. Par la suite, la gêne motrice s’accentue et peut entraver les activités quotidiennes.

Quelle que soit l’avancée de la maladie, il est intéressant d’adapter son logement senior pour pallier les difficultés. Par exemple, il est possible de s’équiper d’aides techniques pour se déplacer en toute sécurité, de pratiquer un sport (tai-chi, jardinage, danse…). Les seniors peuvent aussi faire appel à une aide à domicile O2 pour les actes de la vie courante.

Maladie de Parkinson : quelle prise en charge ?

Le diagnostic de la maladie de Parkinson repose sur l’examen clinique des symptômes moteurs. Lorsque ce dernier est posé, le médecin traitant procède à une demande de prise en charge au titre d’une affection de longue durée (ALD). Les examens et les soins en lien avec la maladie sont alors pris en charge en intégralité.

Il s’agit généralement de traitements médicamenteux (administration de L-DOPA et prise d’agonistes dopaminergiques), associés à des séances de kinésithérapie et d’orthophonie. La stimulation cérébrale profonde a aussi fait ses preuves mais ne concerne qu’une minorité de patients. Quant aux médicaments administrés par voie orale, ils visent uniquement à compenser le déficit en dopamine. Cependant, ils n’agissent ni sur la cause ni sur l’évolution de la maladie de Parkinson. C’est pourquoi les scientifiques continuent de travailler sur de potentielles thérapeutiques. Les greffes de cellules embryonnaires et la thérapie génique font partie des perspectives les plus prometteuses. Enfin, au-delà de la prise en charge clinique , certaines activités permettraient d’améliorer la qualité de vie des patients atteints de Parkinson. C’est notamment l’un des bienfaits de la danse senior.