Agrandir le texte
Réinitialiser les réglages
Rétrécir le texte

DMLA : définition, diagnostic et traitement

— Publié le 3 mai 2024

DMLA : définition, diagnostic et traitement

La DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) est une maladie chronique des yeux. C’est la principale cause de malvoyance chez les seniors, qui concerne environ 8 % des Français selon l’Assurance Maladie : 1 % des personnes de 50 à 55 ans, environ 10 % des individus de 65 à 75 ans et entre 25 et 30 % des personnes âgées de plus de 75 ans. Quels sont les symptômes de la DMLA ? Comment la diagnostique-t-on ? Quel est le traitement ? Est-il possible de la prévenir ? Toutes les réponses dans cet article.

Qu’est-ce que la DMLA ?

Définition de la DMLA

La DMLA concerne la macula, autrement dit la zone centrale de la rétine. Cette dernière permet de voir les détails, par exemple de lire les petits caractères ou de reconnaitre les traits d’un visage, mais également de distinguer les couleurs dans la partie centrale d’une image. Lorsque cette zone est abimée, la vision centrale devient floue et imprécise. À un stade avancé, on parle de cécité limitée. Cette pathologie oculaire chronique apparait en général après 50 ans et évolue progressivement. Elle constitue la première cause de handicap visuel à cet âge.

Ne passez plus à côté des conseils de nos experts !

    La Silver Alliance s'engage à ne jamais transmettre votre adresse e-mail à des fins promotionnelles. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en un clic.

    Symptômes de la DMLA

    Dans les premiers temps, les symptômes de la DMLA sont discrets. Vous pouvez simplement être gêné(e) pour voir la nuit, faire face à une légère déformation des images, à une ondulation des lignes droites ou à une faible diminution de votre acuité visuelle. Après des années d’évolution, des symptômes plus prononcés peuvent se manifester, comme l’apparition d’une ou de plusieurs taches sombres au centre du champ de vision, une baisse de la sensibilité aux contrastes ou des modifications de la vision des couleurs.

    Différentes formes de DMLA

    Deux types de dégénérescence maculaire liée à l’âge existent :

    • La DMLA atrophique ou « sèche » d’évolution lente : amincissement anormal de la macula et disparition progressive des cellules spécialisée équipées de photorécepteurs ;
    • La DMLA exsudative ou « humide » d’évolution rapide : développement anormal de vaisseaux sanguins dans la macula qui entraînent une perturbation de l’organisation de la rétine et détruisent les photorécepteurs, avec une perte sévère de l’acuité visuelle.

    Comment diagnostique-t-on et traite-t-on la DMLA ?

    Diagnostic de la DMLA

    Dès que vous ressentez la moindre gêne visuelle ou que vous avez un doute quant à une potentielle DMLA, il est important de prendre rendez-vous chez votre ophtalmologiste. Dans tous les cas, des examens de dépistage sont pratiqués systématiquement après 50 ans. A cette occasion, le médecin procède généralement à plusieurs examens : mesure de l’acuité visuelle, fond d’œil, tomographie par cohérence optique et/ou angiographie. En attendant ce rendez-vous, n’hésitez pas à procéder à un autotest, grâce à la grille d’Amsler, ou à faire le point sur votre vue avec un opticien à domicile ou en magasin.

    Traitement de la DMLA

    À ce jour, seule la forme humide de la DMLA se traite à l’aide d’inhibiteurs du VEGF, c’est-à-dire du facteur de croissance permettant la formation des néovaisseaux. Des injections répétées d’anti-VEGF dans l’œil permettent alors de ralentir la progression de la maladie. Cependant, après plusieurs années, il est possible qu’une DMLA humide évolue vers une forme sèche. Dans ce cas, une supplémentation en antioxydants (vitamines C, E), en certains minéraux (zinc, sélénium), ainsi qu’en lutéine et zéaxanthine peut ralentir la progression de cette la maladie, mais les effets restent très limités. Les chercheurs continuent de travailler sur des pistes de traitement, parmi lesquelles la thérapie génique ou la thérapie cellulaire.

    Comment prévenir la dégénérescence maculaire liée à l’âge ?

    Les facteurs de risque de la DMLA sont connus. S’il est impossible d’agir sur certains d’entre eux (âge, prédisposition génétique…), vous pouvez tout de même tenter de vous prémunir de la DMLA en :

    • Evitant de fumer : le tabac décuple le risque de développer la maladie.
    • Adoptant un régime alimentaire riche en anti-oxydants (oméga 3) et pauvre en acides gras saturés.
    • Surveillant votre poids : l’obésité augmente le risque de DMLA.
    • Faisant attention tout au long de votre vie à ne pas trop vous exposer au soleil et à la lumière bleue, et en portant des lunettes de soleil.

    Lire aussi : Remboursement des lunettes et lentilles : tout ce qu’il faut savoir

    S’abonner
    Notification pour

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires