Agrandir le texte
Réinitialiser les réglages
Rétrécir le texte

7 conseils pour réussir sa cohabitation intergénérationnelle

— Publié le 10 décembre 2021

7 conseils pour réussir sa cohabitation intergénérationnelle

De plus en plus plébiscitée par les jeunes comme par les seniors, la colocation intergénérationnelle commence à s’installer durablement dans les mœurs. Ce nouveau mode de vie recèle d’avantages, à condition de tout mettre en œuvre pour que la cohabitation se déroule sous les meilleurs auspices. Voici tout ce qu’il faut savoir.

Qu’est-ce que la cohabitation intergénérationnelle ?

La cohabitation intergénérationnelle est un hébergement senior alternatif qui repose sur un principe simple : le partage d’un logement entre deux personnes qui n’ont pas le même âge, généralement un retraité et un étudiant (ou un jeune actif). Il existe différents modes de fonctionnement. Dans certains cas, l’étudiant s’acquitte d’un loyer classique, en fonction de l’espace qu’il occupe. Une option idéale pour les seniors autonomes qui souhaitent partager des moments de convivialité !

chambre chez une personne âgée

Dans d’autres cas, l’étudiant s’acquitte d’un loyer modeste pour une chambre privative chez la personne âgée. Il doit, en contrepartie, rendre des petits services au senior. On parle alors de cohabitation générationnelle solidaire.

Enfin, selon le degré d’aide à domicile qu’elle procure à la personne âgée, la personne est parfois logé à titre totalement gratuit. Dans ce dernier cas, ne doivent se lancer dans une cohabitation avec un senior que les jeunes altruistes, qui ont le sens du partage et l’envie de s’impliquer un minimum.

Les avantages de la cohabitation entre un senior et un étudiant

Les avantages de la colocation intergénérationnelle sont pluriels. On parle d’un concept « gagnant-gagnant » et vertueux, puisqu’il profite aussi bien au senior qu’à l’étudiant.

  • Avantages de la colocation intergénérationnelle pour l’étudiant : coût du loyer inférieur au marché, accès à un meilleur logement, économies, tranquillité, sentiment d’utilité, partage d’expériences de vie, apprentissage de nouvelles choses…
  • Avantages de la colocation intergénérationnelle pour le senior : possibilité de rester à domicile, augmentation du pouvoir d’achat, présence rassurante, ouverture d’esprit, partage d’expériences de vie, lien social, lutte contre la solitude…

En bref, les deux parties y trouvent leur compte. Sur le plan humain, de véritables liens se tissent et chacun peut apporter un enrichissement à l’autre.

7 conseils pour une cohabitation intergénérationnelle réussie

Pour que la cohabitation intergénérationnelle soit agréable pour le retraité comme pour l’étudiant, il est indispensable de respecter quelques points essentiels.

  1. Déléguer l’aspect administratif à un prestataire :

    Héberger un inconnu chez soi n’est pas anodin. Vous avez un projet de location de chambre chez vous ? Il est tout à fait possible de faire appel à un organisme spécialisé pour être accompagné et conseillé. Colette Club met en relation des jeunes à la recherche d’un logement, avec des moins jeunes qui ont justement une chambre libre chez eux. La start-up, fondée en 2019, peut également sélectionner les profils de jeunes en fonction de vos critères. Par ailleurs, Colette Club vous accompagne dans votre cohabitation intergénérationnelle au quotidien.
  2. Définir des règles de vie commune… et s’y tenir :

    La première chose à faire est de définir des règles de vie commune… et bien évidemment de s’y tenir ! Qui se charge des tâches ménagères ? Que partage-t-on ? Qui s’occupe du linge ? Mange-t-on ensemble ? Qui a-t-on le droit d’héberger ? Il faut impérativement se mettre d’accord sur ces quelques conditions de cohabitation entre jeune et personne âgée. Par exemple, Colette Club met à la disposition de ses hôtes une charte de cohabitation afin de fixer les règles de vie et avoir un document auquel se référer.
  3. S’assurer de la compatibilité des modes de vie :

    Au préalable, il faut aussi vérifier que la personne âgée et l’étudiant partagent les mêmes principes et les mêmes valeurs. Si un senior appréciant le calme et la tranquillité propose une partie de son logement à un jeune plutôt fêtard, il y a peu de chances que la cohabitation se passe bien. Chacun a ses habitudes et il est important de jauger si elles sont compatibles avant d’envisager une vie commune. D’ailleurs, l’organisation d’une rencontre est vivement conseillée.
  4. Respecter l’intimité et l’indépendance de chacun :

    Respecter l’intimité du senior comme de l’étudiant est un élément fondamental pour que la cohabitation fonctionne correctement. Même si vous vous entendez tous deux à merveille, ce n’est pas une raison pour empiéter sur l’espace de l’autre. Chacun doit bénéficier d’une chambre, un espace intime au sein duquel l’autre personne ne peut entrer sans autorisation.
  5. Partager des moments de convivialité :

    Pour un étudiant, habiter chez une personne âgée sous-entend passer du temps avec elle, autour d’un café, d’un bon repas ou au détour d’une promenade. Il ne s’agit pas d’y consacrer tout son temps, mais quelques heures par semaine. Certains apprécient également jouer à des jeux de société, à l’instar du jeu de cartes « 2 Minutes Ensemble ! ». Ce dernier permet aux deux colocataires de faire connaissance plus facilement en se racontant des anecdotes et des souvenirs. Les 52 cartes offrent en effet la possibilité de mieux comprendre le parcours de l’autre, de se découvrir sous un autre jour, de devenir complices… de partager des moments de bonheur tout simplement. Tout le monde y gagne !
  6. Être dans l’écoute et la bienveillance :

    À côté de cela, il est important d’être dans l’écoute et la bienveillance envers l’autre. À titre d’exemple, un « bonjour » le matin, un « bonsoir » avant d’aller vous coucher ou encore un « comment ça va aujourd’hui ? » sont toujours appréciés d’un côté comme de l’autre. Cela permet d’entretenir la bonne entente, laquelle joue un rôle capital pour l’ambiance générale. De même, le fait de s’échanger quelques services (garder le chat pendant les vacances scolaires, accompagner une personne âgée à un rendez-vous…) est un bon moyen pour que la relation reste au beau fixe.
  7. S’adapter et faire preuve de tolérance :

    Pour finir, dans toute cohabitation intergénérationnelle, comme l’explique Matthieu Vaxelaire, Co-fondateur et CEO de Colette Club : « Il faut savoir s’adapter et faire preuve de tolérance. Tout un chacun est différent. Les générations n’ont pas toujours la même éducation ni les mêmes opinions, ce qui n’est pas une raison pour stigmatiser ou pour donner des leçons ». N’oubliez jamais que le maître-mot des relations sociales est la communication.