Agrandir le texte
Réinitialiser les réglages
Rétrécir le texte

L’automédication : pourquoi est-ce dangereux ?

— Publié le 27 mai 2024

L’automédication : pourquoi est-ce dangereux ?

Pour soulager certains maux du quotidien, de nombreuses personnes se tournent vers l’automédication. Autrement dit, elles décident de prendre un ou plusieurs médicaments, sans recourir à un avis médical. Cette pratique, certes parfois utile, n’est pourtant pas sans risque. Explications.

L’automédication : qu’est-ce que c’est ?

Selon le site de l’Assurance Maladie, l’automédication est « l’utilisation d’un médicament par une personne sur sa propre initiative, pour le traitement de symptômes simples et déjà connus ou de maladies bénignes ». Deux situations sont fréquentes :

  • Le patient choisit d’acheter un médicament sans ordonnance en pharmacie et de se l’auto-administrer.
  • Le patient choisit de consommer un « ancien médicament » présent dans sa propre armoire à pharmacie.

Lorsqu’elle est pertinente, l’automédication peut faire disparaître les symptômes d’une maladie bénigne (comme un rhume, des maux de gorge, une diarrhée …). Elle peut également éviter que la gêne ne s’installe sur la durée et n’entraîne d’éventuelles complications. Dans un contexte de désertification médicale, beaucoup de personnes sont tentées de « se soigner elles-mêmes » tant il est difficile d’obtenir un rendez-vous rapidement.

Quels sont les risques de l’automédication ?

Cependant, la décision de prendre un médicament sans avis médical est à envisager avec une extrême prudence. Elle comporte en effet de nombreux risques. Pour commencer, il est envisageable que vous vous trompiez dans votre autodiagnostic et que vous preniez un traitement pour rien, voire un mauvais traitement. La méconnaissance des composants des médicaments vous expose par ailleurs à un risque de réaction allergique ou à des effets indésirables. C’est sans compter les dangers liés aux interactions médicamenteuses avec un autre traitement en cours, ce qu’on appelle le risque iatrogénique. L’automédication peut par exemple diminuer l’effet de certains médicaments, en augmenter la toxicité et agir sur le traitement suivi par un malade chronique (diabète, hypertension artérielle, insuffisance cardiaque…).

À côté de cela, la prise de médicaments dans le cadre d’une automédication peut masquer certains symptômes et fausser l’interprétation des résultats biologiques, donc retarder le vrai diagnostic médical. Elle peut aussi aggraver les maux et, dans les cas les plus sévères, faire apparaître d’autres maladies.

Automédication : quelles recommandations à suivre ?

Si vous décidez tout de même d’avoir recours à l’automédication, veillez à suivre les recommandations suivantes (liste non exhaustive) :

  • Utiliser l’automédication sur une période courte, face à des symptômes bénins ou une maladie ponctuelle ;
  • Être certain du diagnostic ;
  • Ne pas avoir de facteurs de risque ;
  • N’acheter que des médicaments en vente libre en pharmacie et demander conseil à votre pharmacien ;
  • Respecter les doses, les moments de prises ainsi que la durée de traitement décrits dans la notice ;
  • Prendre connaissance des effets secondaires et des contre-indications.

Pour prévenir tout danger, en cas de problème, le mieux à faire est de prendre rendez-vous chez le médecin. Cette précaution s’applique d’autant plus si vous ou votre proche êtes âgé ou en situation de fragilité. N’hésitez pas à demander une téléconsultation si vous ne pouvez pas vous déplacer ou à solliciter votre famille ou votre aide à domicile si vous souhaitez être accompagné.

Céline Riboulot

Céline Riboulot

Des dossiers et articles sur la santé des seniors, la famille, le logement, les loisirs ou encore le numérique : voici ce que je vous propose pour vous accompagner au quotidien. Si vous avez des questions, posez-les moi ci-dessous !

S’abonner
Notification pour

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires