Agrandir le texte
Réinitialiser les réglages
Rétrécir le texte

Un sommeil réparateur garant d’une bonne santé senior

— Publié le 4 mars 2022

Un sommeil réparateur garant d’une bonne santé senior

63 % des Français considèrent que dormir est absolument nécessaire pour être en bonne santé (source : Guide de votre santé, 2019). Sachez qu’ils ont totalement raison ! Le sommeil est une impérieuse nécessité pour notre organisme. Il constitue un temps de repos capital pour que ce dernier puisse fonctionner correctement. On fait le point sur l’importance du sommeil.

Le sommeil des seniors : ses secrets et ses mystères

L’importance du sommeil pour les seniors

Bien dormir est essentiel pour la santé physique et mentale. À court terme, un sommeil insuffisant influe sur l’humeur et la vigilance. La mémoire peut également s’avérer passagèrement défaillante. À long terme, les conséquences sont plus inquiétantes. La morosité et l’irritabilité peuvent s’installer. Le risque de dépression chez la personne âgée est plus important. Les risques de surpoids, d’obésité et de problèmes cardiovasculaires augmentent également. Au même titre que manger correctement ou s’abstenir de fumer, dormir est absolument nécessaire pour disposer d’une santé de fer !

Un ou plusieurs sommeils ?

Bien que fondamental, le sommeil reste encore mystérieux à bien des égards. Pour qu’elle soit bonne, une nuit de sommeil doit par exemple se composer de plusieurs cycles de sommeils successifs. La durée de chaque cycle va de 60 à 120 minutes.

Voici les différents cycles du sommeil :

  • Phase de sommeil flottant : phase d’endormissement, état flottant entre conscience et inconscience ;
  • Phase de sommeil lent et léger : premier palier de la plongée nocturne, ralentissement de la respiration et du rythme cardiaque mais sensibilité aux stimulations extérieures ;
  • Phase de sommeil lent et profond : période la plus réparatrice, ralentissement du métabolisme et de la consommation en oxygène du cerveau ;
  • Phase de sommeil paradoxal : tonus musculaire quasi inexistant mais activité cérébrale intense, proche de l’état d’éveil, période favorable aux rêves ;
  • Micro-réveils : correspondent aux courtes périodes de latence entre chaque cycle avant qu’un autre ne redémarre.

À chaque âge, son sommeil et ses caractéristiques

image de la lune pendant la nuit

Au cours de la vie, les besoins en sommeil évoluent. In utero, le bébé connaît déjà des périodes de repos et d’activités. Juste après sa naissance, il dort entre 18 et 20h par tranche de 24h.

La durée totale de son sommeil diminue ensuite pour atteindre 13/14h par jour vers 1 an. Quant à l’adolescent, il s’agit parfois d’une vraie marmotte (8 à 10h de sommeil).

Avec l’âge, les besoins en sommeil se réduisent pour passer de 6 à 7h de sommeil quotidien fractionné. On parle également de sommeil polyphasique. Ceci est dû aux modifications du système de régulation de l’horloge interne. L’envie de dormir se manifeste plus tôt dans la soirée et la composition des cycles change elle aussi. Le sommeil devient naturellement plus fragile. Par ailleurs, les maladies chroniques et les médicaments peuvent accentuer le phénomène.

Cependant, si les besoins en sommeil se réduisent, l’importance du sommeil reste la même. L’organisme des seniors subit beaucoup de changements avec l’âge. Pour réduire le sentiment de désorientation et les risques de chute, il est essentiel qu’ils dorment bien. Fort heureusement, la sieste permet la récupération musculaire, favorise l’activité cérébrale et limite les tensions psychologiques. Quel que soit l’âge, elle est donc recommandée. 

Attention aux troubles du sommeil chez les personnes âgées !

Malgré leur bonne hygiène de vie, les seniors peuvent être confrontés à des troubles du sommeil. En voici quelques exemples :

  • L’insomnie : difficulté à s’endormir ou à dormir suffisamment ;
  • L’apnée du sommeil : relâchement soudain des muscles des parois du pharynx, conduisant à la diminution du passage de l’air et à des pauses respiratoires involontaires ;
  • Le syndrome des jambes sans repos : sensation de fourmillement et de picotement conduisant à un besoin impératif de bouger les jambes ;
  • Les angoisses vespérales : terreurs se manifestant dès la nuit tombée ;
  • L’hypersomnie : besoin de sommeil à rallonge, de siestes fréquemment et épuisement chronique ;
  • Le bruxisme : serrement ou grincement des dents ;
  • Le somnambulisme : série de mouvements inconscients se produisant pendant le sommeil ;
  • L’énurésie : émission involontaire et inconsciente d’urine, un trouble fréquent chez l’enfant, à différencier des problèmes d’incontinence urinaire chez l’adulte.

En fonction de la sévérité des troubles rencontrés, plusieurs options peuvent être envisagées. Il est tout d’abord possible d’instaurer des rituels quotidiens (lecture, musique douce, huiles essentielles…). L’aménagement de la chambre à coucher aide parfois à mieux dormir. Pour les seniors, il peut être bon de changer de literie, voire d’opter pour un lit médicalisé. Si les troubles deviennent chroniques et entravent le quotidien, vous pouvez aussi consulter votre médecin traitant. Ce dernier saura vous prescrire un traitement (benzodiazépines, thérapie cognitivo-comportementale, relaxation…). Enfin, les personnes âgées anxieuses la nuit peuvent faire appel à une garde de nuit Ernesti, assurée par des étudiants en santé.