Assurer la continuité des soins hors Covid-19 chez les seniors en Ehpad

Par Silver Alliance
15 avril 2020
Assurer la continuité des soins hors Covid-19 chez les seniors en Ehpad

Suite aux recommandations faites le 8 avril par le Ministère des Solidarités et de la Santé à propos du maintien du suivi et de la prise en charge des soins en dehors du Covid-19, la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG) et d’autres instances gériatriques invitent les autorités à ne pas oublier les 750 000 personnes âgées en EHPAD.

Eviter d’aggraver l’état de santé des personnes âgées confinées

Selon la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG), s’il est bien vrai que les résidents en EHPAD épargnés par l’infection au Covid-19 restent à ce jour majoritaires, il ne faut pas non plus occulter les risques liés à d’autres problèmes de santé dont souffrent déjà certains d’entre eux et qui nécessitent un suivi quotidien. Dans une lettre adressée, le 10 avril, au Ministre de la Santé et des Solidarités, Olivier Véran, la SFGG et d’autres instances gériatriques réunies au sein du Conseil National Professionnel de Gériatrie (CNP) l’invitent à ne pas oublier les 750 000 seniors en EHPAD et insistent sur l’urgence vitale de continuer à assurer, de façon assidue, les soins à ceux qui souffrent de maladies chroniques.

Si rien n’est fait, le principe de confinement individuel appliqué, depuis le 28 mars, dans les Ehpad pour protéger les résidents du risque d’infection Covid-19 peut ainsi devenir une double peine pour ces personnes âgées. « L’impact psychologique lié au confinement, les conséquences de syndromes d’immobilisation et la non-continuité de leurs soins les exposent en effet à une dégradation rapide et inquiétante de leurs fonctions cognitives, motrices et sensorielles mais plus encore au risque d’un décès précipité par la décompensation de leurs maladies chroniques (insuffisance cardiaque, respiratoire, rénale…), ou encore d’un défaut d’optimisation du suivi et traitement de certaines pathologies (cancers, troubles neuro-cognitifs, dépression…). », explique le CNP.

Face aux conséquences déjà observées chez certains résidents en EHPAD (anorexie, amaigrissement, déclin cognitif accéléré, majoration de troubles du comportement, tristesse…) et à défaut d’éviter totalement ces effets négatifs de l’isolement, il faut néanmoins les limiter aussi bien chez les seniors en établissement que chez les personnes âgées dépendantes vivant à domicile et très souvent isolées.

Renforcer les moyens d’aide aux personnes âgées

Les instances gériatriques du CNP soulignent « la nécessité de réunir les conditions nécessaires à l’évitement de tels risques qui pourraient in fine s’avérer parfois au moins aussi délétères que les effets de l’infection Covid elle-même. ». Elles proposent de ce fait que l’ensemble des professions de santé libérales (médecins généralistes, médecins spécialistes, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, podologues, psychologues, psychomotriciens, orthophonistes, animateurs d’activités physiques adaptées…) renforcent les moyens de ces établissements dans une période où ces derniers sont souvent en sous-effectifs aggravés.

Le recours à la téléconsultation selon les règles en vigueur est une autre mesure préconisée par les professionnels de santé. Toutefois, pour des soins et examens hors COVID qui ne peuvent être réalisés qu’en présentiel, il convient de pouvoir les maintenir pour les patients dès lors que la balance « bénéfice-risque individuel » penche en faveur de leur mise en œuvre. Dans ce cas il faut garantir un accès sécurisé pour éviter les risques de contamination, notamment dans le respect des procédures de mise en place de circuits séparés COVID négatif et COVID positif.

Par ailleurs, le recours à l’ensemble des dispositifs dédiés aux résidents d’EHPAD suspects ou confirmés Covid (+) par les tests diagnostiques, doit être une pratique uniforme au sein des territoires. Ainsi, au regard de la sous-utilisation du recours à cette offre pourtant existante (unités de soins de médecine ou de SSR, équipes mobiles gériatriques ou de soins palliatifs…), il importe de rappeler aux gestionnaires des EHPAD et de ces ressources la nécessité d’un rapprochement. Le CNP de gériatrie recommande également de se conformer à l’application des procédures d’aide à la décision d’hospitalisation ou aux ressources mobiles et mobilisables mises à leur disposition.

Nos dernières actualités
19 mai 2020

ERGOCALL : la plateforme d’appels d’urgence pour les seniors isolés à domicile

7 mai 2020

[ETUDE] 12,5 millions de seniors potentiellement en danger à domicile ?

6 mai 2020

Doro offre des téléphones mobiles aux personnes âgées isolées