Agrandir le texte
Réinitialiser les réglages
Rétrécir le texte

Le transport sanitaire : comment ça marche ?

— Publié le 4 février 2021

Le transport sanitaire : comment ça marche ?

Le transport sanitaire : qu’est-ce que c’est ?

Transport sanitaire définition : de quoi s’agit-il ?

Le transport sanitaire consiste à conduire un patient vers une structure médicale, afin qu’il puisse y recevoir des soins, soit sur prescription médicale, soit en cas d’urgence. Le trajet s’effectue par le biais de transports spécialisés (ambulances, véhicules sanitaires légers…) ou de transports non spécialisés (taxis, voitures particulières…). Ce choix dépend de l’état du patient.

Fonctionnement du transport sanitaire

Après prescription médicale, le transport sanitaire peut être demandé par le patient ou un proche, par le personnel hospitalier ou tout autre professionnel de santé. En cas d’urgence, il relève uniquement du SAMU (15). Des entreprises comme Sanilea proposent aux patients ainsi qu’à leurs aidants un service d’accompagnement global. Ce service va de la prise d’un rendez-vous médical jusqu’à la réservation du transport sanitaire associé (ambulances, véhicules sanitaires légers et taxis conventionnés).

Zoom sur Sanilea et ses services de transport médicalisé

Depuis 2013, Sanilea facilite l’organisation du transport des patients dans toute la France. Cela passe par l’utilisation quotidienne de sa solution SpeedCall par les professionnels et les organisations de l’industrie de la santé. Depuis 2020, cette société leader du marché du transport sanitaire propose une nouvelle plateforme entièrement gratuite, Mon Ambulance. Grâce à elle, les particuliers peuvent organiser au mieux leurs déplacements sanitaires. Son but : offrir plus d’autonomie aux patients tout en simplifiant le quotidien des professionnels.

Il s’agit d’une solution technologique sécurisée, imaginée et créée par des experts du métier. Elle permet à l’entreprise limougeaude de poursuivre sa mission de « digitalisation par l’humain pour l’humain » dans le monde de la santé. C’est également une manière de simplifier le parcours de soins. Un pôle santé est d’ailleurs à la disposition des usagers pour les accompagner dans leurs démarches.

Dans quels cas recourir au transport sanitaire ?

Les patients recourent au transport sanitaire dans les situations suivantes :

  • Lors d’une entrée à l’hôpital ou d’une sortie d’hospitalisation. À noter que les séances de chimiothérapie, de radiothérapie ou d’hémodialyse sont assimilées à une hospitalisation.
  • Pour des traitements ou des examens dans le cadre d’une affection de longue durée (ALD). Les patients doivent présenter une des incapacités ou déficiences définies par le référentiel de prescription des transports.
  • Pour des traitements ou des examens en rapport avec un accident du travail ou une maladie professionnelle.
  • Lorsque leur état nécessite d’être allongés, sous surveillance, s’il s’agit d’une longue distance (plus de 150 km) ou de transports en série.
  • S’il s’agit de traitements pour enfants ou adolescents dans des centres d’action médico-sociale précoce (CAMSP) et des centres médico-psycho-pédagogiques (CMPP).
  • Afin de se rendre chez un fournisseur agréé d’appareillage médical, pour répondre à une convocation du contrôle médical ou à la convocation d’un médecin expert.

Combien coûte un transport sanitaire ?

Les frais de transport sanitaire peuvent faire l’objet d’une prise en charge partielle ou totale par l’Assurance Maladie. Pour ce faire, il doit avoir été prescrit par un médecin dans les situations décrites ci-dessus. La prise en charge du transport sanitaire peut aussi être assurée par les établissements eux-mêmes. C’est le cas, par exemple, lors du transfert d’un patient d’une clinique vers une autre structure. Il faut parfois avancer les frais, notamment lorsque les taxis ne pratiquent pas le tiers payant.

À noter que pour le remboursement de certains transports, un accord préalable de la Sécurité sociale s’impose. Il s’agit des transports de longue distance, des transports en série ou encore des transports par voie aérienne ou maritime. Pour être remboursé, le patient doit alors adresser l’ordonnance médicale accompagnée, si besoin, de la demande d’accord préalable ainsi que des justificatifs de paiement.