Agrandir le texte
Réinitialiser les réglages
Rétrécir le texte

Le « care design » : le parfait accord entre ergonomie et élégance

— Publié le 13 octobre 2021

Le « care design » : le parfait accord entre ergonomie et élégance

Le « care design », également appelé design du soin, connaît un franc succès. Le principe est simple : imaginer des objets adaptés aux besoins des personnes âgées ou en situation de handicap, sans tomber dans l’équipement médical. L’idée est de créer des produits et services spécifiquement pensés pour cette catégorie de population avec une conviction : ergonomie et style ne s’opposent pas.

Le care design : un outil d’inclusion et de déstigmatisation

Le care design constitue un outil idéal de déstigmatisation. Le fait de s’inspirer de la diversité des personnes qui composent la société pour concevoir des produits à destination du plus grand nombre est un véritable enjeu. En fabriquant un produit adapté aux seniors, on conçoit finalement un objet pour tout le monde. En effet, nous serons tous concernés un jour par la réduction de nos capacités physiques, visuelles, auditives ou cognitives.

Différentes entreprises ont intégré cette philosophie dans leur stratégie. C’est le cas de Daner qui propose de la literie et des fauteuils de relaxation ergonomiques. Ces équipements, qui répondent aux besoins des aînés (soulager et prévenir les maux du quotidien), sont aussi utilisables par tous. La douche à l’italienne d’Easy Shower est également un autre exemple de care design. Pour rester vivre chez eux, les seniors sont nombreux à faire remplacer leur baignoire par une douche de plain-pied. Si celle-ci est sécurisée et adaptée à leurs besoins, elle n’en est pas moins élégante, moderne et ultra design.

Proposer des solutions confortables et esthétiques : le défi du care design

Proposer des solutions à la fois confortables et esthétiquement élégantes est un défi de taille. On ne s’improvise pas designer. Le projet s’inscrit dans une véritable démarche avec la prise en compte des besoins de chacun. Shanti-Paul Nguyên, Designer chez Tefal, explique : « Nous intégrons des personnes en situation de handicap dès la conception de nos produits. L’objectif est de détecter concrètement les points de blocage qu’ils vivent au quotidien. Ces ateliers ont permis de créer une gamme facilement utilisable par tout le monde ».

À côté de cela, les entreprises de la Silver économie mettent aujourd’hui l’accent sur le design de leurs produits. C’est le cas du spécialiste de la téléphonie senior, Doro, qui travaille beaucoup le design de ses smartphones. Autre exemple avec le secteur de la téléassistance qui a longtemps souffert d’un déficit d’image du fait des anciens « médaillons d’appels ». Désormais, l’esthétisme est bien plus travaillé. En effet, les coloris sont plus modernes et les matières plus brillantes. Grâce au care design, on est passé d’une logique très médicalisée à une offre de téléassistance orientée services (détection automatique de chutes, appels de convivialité, géolocalisation…). On parle parfois même de « bijoux de téléalarme », par exemple lorsque les produits sont accompagnés d’un collier de perles.

Le « design for all » : une logique plus universelle

Certains industriels s’intéressent également à la notion de « design for all » ou conception universelle. Contrairement au care design, l’objectif est ici de concevoir un produit de manière à ce qu’il soit utilisé par tout un chacun, quelque soit ses capacités, son âge ou sa culture. À travers sa gamme inclusive « Includeo », la marque Tefal facilite par exemple la prise en main et la maniabilité de ses produits de petit-déjeuner. Elle favorise également une utilisation intuitive et optimise la visibilité (légèreté des produits, large bouton poussoir, poignée facile à attraper, indicateurs bien visibles…).

S’ils présentent certaines différences, le design inclusif et le design universel ont évidemment des similitudes. Ils apportent notamment de réelles solutions aux personnes âgées qui ne parviennent pas à opérer des changements dans leur vie de peur d’être stigmatisées. Les produits ne sont plus regardés à travers le prisme de l’âge, puisque leur usage ne permet en aucun cas de déceler un handicap ou une déficience. Même les établissements collectifs, notamment les résidences services seniors, s’intéressent à cette dynamique. Le but est d’apporter à leurs espaces communs un aspect hôtelier, tout en privilégiant le confort et l’autonomie des personnes.