Agrandir le texte
Réinitialiser les réglages
Rétrécir le texte

L’édito de Stéphanie Marchand Pansart, Médecin gériatre

— Publié le 21 septembre 2020

L’édito de Stéphanie Marchand Pansart, Médecin gériatre

Comment prendre soin d’un proche en situation de dépendance sans y perdre sa propre santé ? Les réponses de Stéphanie Marchand Pansart, Médecin gériatre et auteur du livre Je suis là, dans Le guide pour bien vivre et bien vieillir chez soi de Silver Alliance.

Vieillir c’est d’abord et avant tout vivre. D’expérience de gériatre, bien vieillir c’est souvent en avoir le désir, avoir envie de continuer à vivre, et y trouver du sens, quoiqu’il arrive. 

Commençons par un lieu commun : vivre et rester en bonne santé… c’est mieux ! Pour ce faire, un seul conseil semble de mise : agrémenter sa vie d’un cocktail vitaminé associant une surveillance médicale adaptée, une activité physique régulière, un sommeil de bonne qualité, une alimentation équilibrée et une vie riche de contacts épanouissants. 

Il reste que les meilleures intentions du monde se confrontent souvent aux réalités d’une existence moins linéaire qu’on ne l’imagine. Les loyautés familiales rattrapent souvent les plus indépendants. En effet, à l’heure de profiter des plaisirs de la vie librement, à son rythme, la vie impose parfois des épreuves comme celle d’accompagner un parent, un conjoint et/ou un enfant. Être là pour un proche qui en a besoin est une expérience importante et bouleversante. L’enjeu est alors de faire au mieux sans y perdre sa propre santé. Comment faire ? S’écouter et prendre soin de soi. Plus facile à dire qu’à faire !

Apprendre à écouter ses propres ressentis est aussi essentiel que de répondre aux besoins de l’autre. S’autoriser la colère, la tristesse, le plaisir de faire plaisir, le besoin d’être là envers et contre tout. Écouter l’impuissance et les ambivalences. Entendre les culpabilités silencieuses aussi. Retisser des liens familiaux en ne gardant que ce qui construit est extrêmement bénéfique. Prendre soin de soi c’est d’abord et avant tout se pardonner d’être imparfait. C’est aussi regarder son corps qui change, observer ses sensations dans leurs diversités, se laisser toucher, oser recevoir autant que donner. Et puis… s’émerveiller toujours, jardiner son quotidien, se cultiver, interagir avec l’environnement et ne jamais cesser d’y prendre du plaisir.

Car vieillir c’est finalement parvenir à transmettre une expérience, une envie de vivre dans un monde qui a tant besoin de confiance et de perspectives enthousiasmantes, c’est ça le goût de l’essentiel.

Stéphanie Marchand Pansart
Médecin gériatre
Responsable de l’hôpital gériatrique Les Magnolias (91)
Auteur du livre Je suis là (Editions Michel Lafon)

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires