Agrandir le texte
Réinitialiser les réglages
Rétrécir le texte

Étude sur le pouvoir d’achat : les retraités inquiets pour l’avenir

— Publié le 11 avril 2023

Étude sur le pouvoir d’achat : les retraités inquiets pour l’avenir

7 retraités sur 10 craignent une baisse de leur pouvoir d’achat dans les prochaines années : c’est ce que révèle la nouvelle étude Silver Alliance sur les finances des retraités*, réalisée par l’institut CSA du 6 au 14 mars 2023 auprès d’un échantillon représentatif. Deux ans après la première édition réalisée post-covid en mars 2021, l’enquête met en exergue l’augmentation des dépenses des retraités et la perte de leur pouvoir d’achat.

La perception du pouvoir d’achat des retraités

« Depuis votre départ à la retraite, diriez-vous que votre pouvoir d’achat a diminué, augmenté ou est resté stable ? ». À cette question, 75 % des retraités répondent avoir vu leur pouvoir d’achat chuter depuis la fin de leur carrière professionnelle. C’est plus qu’en 2021 où ils n’étaient que 69 % (+ 6 points).

Et ce n’est pas tout : l’enquête révèle également un pessimisme grandissant chez les retraités. En effet, plus de 7 retraités interrogés sur 10 redoutent une baisse de leur pouvoir d’achat dans les prochaines années, contre à peine 6 sondés sur 10 en 2021. De l’inflation aux crises politiques (à commencer par la guerre en Ukraine), le climat général est perçu comme instable par les seniors. 

Ne passez plus à côté des conseils de nos experts !

    La Silver Alliance s'engage à ne jamais transmettre votre adresse e-mail à des fins promotionnelles. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en un clic.

    Baisse du pouvoir d’achat : les retraités frappés par l’inflation

    Pourtant, comme en 2021, les revenus des retraités français leur permettent de couvrir l’ensemble de leurs dépenses courantes (alimentation, énergie, transport, santé…).   

    En moyenne, un foyer de retraités dispose d’un revenu total net mensuel d’environ 2 400 € (1 719 € pour un retraité vivant seul, 2 890 € pour un couple), ce qui représente 203 € de plus qu’en 2021. Ces revenus correspondent à la retraite de base (98 % des sondés), à la pension de reversion (18 %)ou encore aux revenus d’épargne (15 %) et aux revenus locatifs (9 %). À noter d’ailleurs qu’un tiers des retraités n’ayant pas fait de placement financier lorsqu’ils étaient actifs le regrettent aujourd’hui. 

    Cependant, les dépenses s’élèvent en moyenne à 1 782 € par mois par foyer (1 344 € pour un retraité vivant seul, 2 091 € pour un couple) contre 1524 € en 2021, soit une hausse de 258 €. Cette évolution est en partie imputable à l’inflation sur les prix des produits alimentaires estimée à + 16,8 % en mars 2023 par rapport à mars 2022, sans parler de la hausse des prix de l’énergie qui se poursuit cette année. 

    Les dépenses augmentent plus vite que les revenus

    Et c’est là que le bât blesse : l’augmentation des revenus des retraités ne suffit pas à compenser celle de leurs dépenses. Les seniors voient leurs dépenses contraintes augmenter, sans pour autant se faire plus plaisir qu’avant. D’ailleurs, dans un contexte inflationniste, 6 % des retraités qui ont des enfants ou petits-enfants participent à leurs dépenses courantes (loyer, factures, carburant, alimentation) à hauteur de 211 € par mois en moyenne. Les retraités interrogés estiment d’ailleurs qu’il leur manque en moyenne 511 € par mois pour passer une retraite confortable. 

    Pour Benjamin Zimmer, Dirigeant de la Silver Alliance  : « L’étude révèle que si le revenu des retraités a augmenté depuis deux ans, celui-ci ne compense pas les dépenses, ce qui crée inévitablement un impact sur leur épargne, leur pouvoir d’achat et leurs pratiques. » 

    Plus de dépenses et moins d’épargne

    Un autre résultat de l’étude attire tout particulièrement l’attention : si plus de la moitié des retraités épargnent, principalement à fréquence mensuelle, le montant moyen épargné par an diminue de 564 € par rapport à 2021. Il s’établit à 2 573 € par an en mars 2023 contre 3 137 € en mars 2021. 

    Face à l’augmentation de leurs dépenses contraintes, les retraités modifient leurs habitudes d’épargne. Or, qui dit diminution de l’épargne, dit moins de capacité à anticiper son maintien à domicile au fil des années.

    Pour Benjamin Zimmer : « Le pessimisme des retraités français quant à leur pouvoir d’achat s’accentue. Ces signes confirment un sentiment partagé par l’ensemble des Français aujourd’hui et présagent des difficultés à venir pour l’économie française sur le long terme. Car qui n’épargne plus, ne se projette plus. »


    * Enquête réalisée du 6 au 14 mars 2023 auprès des foyers français composés uniquement de retraités de 65 ans ou plus vivant seuls ou en couple. Les réponses ont été recueillies sur panel en ligne auprès d’un échantillon représentatif de la cible, en respectant les quotas par sexe, âge, région et CSP avant le départ à la retraite sur la base des données INSEE 2019. Il s’agit de la seconde vague de l’enquête, une première vague ayant été réalisée en 2021 en suivant la même méthodologie.

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires