-
a
+

Le boom des enceintes à commande vocale

Les enceintes à commande vocale envahissent les foyers français et séduisent de plus en plus les seniors. En effet, selon le baromètre de Médiamétrie publié en juin dernier, on compte aujourd’hui 3,2 millions d'utilisateurs d'enceintes à commande vocale en France, et parmi eux 33 % sont âgés de 50 ans et plus. Comment fonctionne ce nouvel assistant à domicile ? Les explications de Silver Alliance.

Ok Google, qu’est-ce qu’une enceinte à commande vocale ?

Une enceinte à commande vocale est une enceinte connectée, équipée d’un haut-parleur et d’un microphone, dotée d’une intelligence artificielle. Cette intelligence artificielle, véritable assistant personnel virtuel, est capable d’interpréter et de comprendre les requêtes vocales de son utilisateur, et d’y apporter une réponse pertinente.

Enceinte connectée : comment ça marche ?

L’enceinte à commande vocale se met en marche, « s’active », en prononçant un mot-clé, sorte de « mot magique », défini par chaque fabricant : « Ok Google » pour l’assistant vocal de Google, « Alexa » pour l’assistant personnel d’Amazon ou encore « Dis Siri » pour l’assistant intelligent d’Apple.

Une fois l’enceinte intelligente activée, l’utilisateur peut formuler sa demande à voix haute, par exemple « Quel temps fait-il aujourd’hui à Lille ? ». Connectée à Internet via Bluetooth ou WiFi, l’enceinte à commande vocale cherche alors l’information sur un moteur de recherche pour apporter à son utilisateur une réponse quasi-immédiate : « Actuellement à Lille, il fait 17 degrés celsius avec un temps nuageux ».

Quelles requêtes vocales peut-on formuler ?

L’enceinte à commande vocale est en mesure d’effectuer des tâches dites basiques, comme de répondre à une question (« Ok Google, en quelle année est né Teddy Riner ? »), de jouer de la musique (« Alexa, joue Alain Bashung »), de consulter la météo ou encore un agenda. 

Selon le baromètre des enceintes à commande vocale publié par Médiamétrie, consulter la météo est d’ailleurs l’usage dominant. En effet, 76 % des utilisateurs ont déjà formulé cette requête. Viennent ensuite l’écoute de la musique en streaming, puis la consultation de l’actualité, un usage réalisé par plus de la moitié des utilisateurs.

Les enceintes intelligentes peuvent également exécuter certaines tâches plus complexes : elles peuvent par exemple interagir et piloter les objets connectés de la maison (« Ok Google, éteins la lumière du salon »), passer un appel (« Alexa, appelle Maman »), répondre à un SMS, envoyer un e-mail… 

En bref, les enceintes connectées permettent de se simplifier la vie et de profiter de son temps.

Enceinte intelligente : quid de la protection des données personnelles ?

La plupart des enceintes à commande vocale envoient et stockent les requêtes des utilisateurs ainsi que les données associées (date, heure, nom du compte…) dans le cloud, autrement dit sur les serveurs de traitement de la société. La conservation de l’historique des enregistrements audios et de leur retranscription écrite permet à l’utilisateur de les consulter et à l’éditeur d’améliorer sa technologie de reconnaissance vocale. L’utilisateur a toutefois la possibilité d’effacer ses données depuis son tableau de bord disponible sur son application mobile.

En veille permanente, l’enceinte à commande vocale peut aussi s’activer et enregistrer une conversation de manière inopinée parce qu’elle croit détecter le mot-clé. Pour protéger sa vie privée, il vaut mieux privilégier les enceintes connectées équipées d’un bouton de désactivation du microphone.

Enfin, il est important de savoir que les interactions de l’utilisateur avec son assistant vocal peuvent également alimenter son profil publicitaire (centres d’intérêt, achats réalisés…).

La CNIL, en contact avec les différents fabricants, réalise actuellement des tests et mène des réflexions sur les moyens à mettre en œuvre pour s’assurer que les utilisateurs soient bien informés des données collectées, des usages qui en sont faits et des moyens à leur disposition pour y accéder, les modifier, les supprimer, etc. 

Sources : cnil.fr, mediametrie.fr, boulanger.com

Rédigé par Silver alliance

Publié le 28 octobre 2019