Veiller sur ma santé

Comprendre la maladie d’Alzheimer de A à Z

Par Silver Alliance
Comprendre la maladie d’Alzheimer de A à Z

Environ 900 000 personnes sont actuellement touchées par la maladie d’Alzheimer dans l’Hexagone, dont deux tiers de femmes. Malgré les progrès accomplis en médecine, 225 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année et le nombre de malades devrait doubler d’ici 2050 du fait du vieillissement de la population. Cette forme de démence progressive redoutée par les Français est pourtant peu connue et fait l’objet de nombreux préjugés. Les chercheurs estiment qu’un cas sur trois de maladie d’Alzheimer pourrait par exemple être évité grâce à une prévention adaptée. Explications.

Maladie d’Alzheimer : tout ce qu’il faut savoir

Causes et symptômes de la maladie d’Alzheimer

Découverte en 1906 par Alois Alzheimer, la maladie qui porte son nom est une affection neurodégénérative altérant plusieurs facultés : la mémoire, le raisonnement ou encore le langage. La pathologie débute dans les neurones de l’hippocampe, ce qui explique que la perte de mémoire des faits récents soit l’un des premiers symptômes. Les lésions s’étendent ensuite aux zones du cortex en ayant des répercussions sur le langage, l’écriture, les gestes, la reconnaissance des visages ou encore le calcul. La maladie peut s’accompagner, dans les stades avancés, de troubles du comportement qui peuvent être perturbants, comme l’anxiété, l’agressivité ou encore la désinhibition.

Quelques chiffres sur cette pathologie neurodégénérative

Aujourd’hui, Alzheimer est la plus fréquente des maladies neurodégénératives. Bien que la maladie cognitive frappe en priorité les personnes âgées, elle peut aussi survenir beaucoup plus tôt (33 000 patients Français atteints d’Alzheimer auraient aujourd’hui moins de 60 ans).

Diagnostic de la maladie d’Alzheimer

Le diagnostic clinique de la maladie d’Alzheimer est long (entre 1 et 6 mois) et complexe. En effet, tous les troubles de la mémoire ne sont pas forcément associés à la pathologie. Ils peuvent être liés à d’autres événements, comme la dépression, la prise de certains médicaments ou encore le surmenage. Une consultation mémoire permet de faire des examens supplémentaires (test des 5 mots ou test de l’horloge entre autres). Un bilan neuropsychologique assorti de tests plus poussés ainsi qu’une IRM peuvent également être prescris.

Des pistes pour prévenir la maladie d'Alzheimer

Différents facteurs de risque contribueraient à l’apparition de cette maladie neurologique :

– Un faible niveau d’instruction
– Une mauvaise alimentation
– Le tabagisme
– L’inactivité physique
– La dépression
– L’hypertension artérielle
– Un mauvais sommeil
– Le diabète…

Il est essentiel d’entraîner sa mémoire et d’enrichir ses connaissances pour garder, au fil des années, un cerveau performant et alerte. La pratique de jeux ou d’activités intellectuelles pourrait donc permettre de mieux stimuler les neurones des personnes âgées et, indirectement, de limiter le risque d’apparition précoce d’Alzheimer. À noter que le bon fonctionnement du cerveau dépend aussi des exercices physiques et de la vie sociale.

Vivre avec la maladie d'Alzheimer, c’est possible !

Aucun traitement médicamenteux efficace à ce jour

À l’heure actuelle, il n’existe malheureusement pas de traitement médicamenteux permettant de guérir de la maladie d’Alzheimer. Les médicaments commercialisés ne peuvent que freiner l’évolution de ce syndrome et limiter certains troubles du comportement. Ils ne sont d’ailleurs plus remboursés depuis 2018, les autorités sanitaires ayant estimé leur efficacité trop faible et leurs effets indésirables trop importants. Toutefois, les équipes médicales spécialisées (psychiatre, médecin, infirmière…) et les services de garde de nuit pour personnes âgées, comme Ernesti, peuvent aider à mieux vivre avec la maladie.

Des alternatives non médicamenteuses

Les patients atteints d’Alzheimer peuvent aussi vivre grâce à l’essor des thérapies non médicamenteuses qui permettent de soulager certains symptômes : art-thérapie, musicothérapie, jardins thérapeutiques, zoothérapie, sophrologie… S’équiper d’un dispositif de téléassistance, comme celui de Bluelinea, peut aussi permettre de sécuriser la personne atteinte, en la géolocalisant par exemple ou en prévenant rapidement les services de secours en cas de chute. Le recours à une aide à domicile pour personnes âgées peut enfin permettre aux seniors de rester plus longtemps chez eux en déléguant certaines tâches et en se concentrant ainsi sur l’essentiel.

Une date à retenir : le 21 septembre
La Journée mondiale Alzheimer se tient chaque année le 21 septembre. À cette occasion, de nombreuses entités s’associent afin de réaffirmer leur engagement contre Alzheimer par l’information et la sensibilisation des publics. Elles donnent également la parole aux personnes malades ainsi qu’aux chercheurs pour lutter contre la stigmatisation, et collectent des fonds afin de financer la recherche médicale.

Source : alzheimer-recherche.org

Nos derniers conseils

Les aidants : ces héros de l’ombre

Comprendre la maladie d’Alzheimer de A à Z

Comment protéger ses yeux pendant l’été ?